Week-end écriture & cocooning à la campagne

Catégories Vie d'autrice6 Commentaires

Si vous êtes auteur.ice, vous savez à quel point l’écriture peut être une occupation solitaire. Cet aspect-là n’est pas toujours facile à gérer, même pour une introvertie (coucou). Malgré les forums, les conversations WhatsApp avec mes ami.e.s auteur.ice.s, je dois admettre que je me sens souvent très seule. Seule face à la montagne que représentent mes projets, seule face aux difficultés. Il arrive que cela joue sur mon moral et ma motivation. Dans ces moments de découragement, j’ai juste envie d’échanger sur l’écriture et mes romans, sans technologie interposée. C’est pourquoi, avec mes ami.e.s, nous avons souhaité organiser un week-end à la campagne dédié à l’écriture.

Rendez-vous au milieu de nulle part

Nous nous sommes retrouvés dans un petit village près de La-Charité-sur-Loire. En plus d’être un endroit charmant (totalement paumé, certes), il se trouve qu’il est assez central. Nous devions notamment concilier Beauvais, Mâcon, et Paris – pas simple. La maison que nous avons louée était perdue au milieu des champs, dans un bourg appelé… les CHAMIGNONS (oui, je sais, quoi de plus approprié pour des auteurs dingues de chats ?).

Et donc, vous vous demandez sûrement ce que font des auteurs qui se retrouvent tous ensemble à la campagne, sous un tas de plaids et de vestes pilou ? Ils écrivent, pardi (en tout cas, ils essaient) ! Bon, ils font aussi de nombreuses parties de jeux de société (en se battant pour ne pas être la grosse mite), de délicieux petits plats (coucou la fondue de poireaux !) et ils se promènent dans un Village du Livre (hasard total). Mais ce n’est pas ce qui nous intéresse ici.

Week-end à la campagne
Non, ceci n’est pas une publicité pour Apple

Week-end page blanche ?

A ce moment-là, j’étais complètement bloquée dans mes projets d’écriture. Je venais de me rendre compte que Cadell, l’un de mes personnages principaux de mon roman Lys d’acier, ne tenait pas la route. Je devais réécrire toutes ses répliques, sans en avoir le courage ni l’inspiration. J’ai donc commencé par faire un peu d’aquarelle pour ne pas me confronter à l’angoisse de la page blanche.

Et finalement… Être plusieurs à écrire en même temps au même endroit a quelque chose de rassurant et réconfortant. C’est tout bête mais pouvoir discuter d’une formulation, d’un synonyme, pouvoir tester en direct l’effet d’une réplique, c’est très précieux. Motivant. Et source de nombreux fous rires ! J’ai pu reprendre une grande partie de mes chapitres déjà écrits, ce qui m’a débloquée pour la suite. En quantité, j’ai peu écrit par rapport à mes ami.e.s mais c’était tout de même mieux que rien !

Pour la petite anecdote, dans mon deuxième chapitre, Cadell arrive en retard à son rendez-vous avez Loeiza. Dans la V1, il s’excusait platement en se cachant derrière des tas d’excuses. Dans la V2, née en partie pendant ce week-end, il se contente de dire : « Tu n’aurais pas dû m’attendre. » Un changement du tout au tout pour ce personnage, qui a pu être validé en direct par des « Iiiih » surexcités !

Week-end à la campagne
Oui, c’est plus sympa d’écrire dans le noir et au son de la guitare – et si vous vous posez la question, je suis au fond à droite

Un moment à soi

J’ai volontairement emprunté l’expression de Virginia Woolf dans Une chambre à soi. Tous les auteurs le savent : il peut être compliqué de se ménager du temps de créativité dans un quotidien bien rempli. Les sollicitations ne s’arrêtent jamais. Quand ce n’est pas le chien qui demande à sortir, c’est le travail qui mange sur la vie personnelle, les grèves de transport qui grignotent vos soirées… Prendre le temps d’écrire est un combat quotidien dont je sors trop souvent perdante.

Le plus agréable dans ce week-end, c’était finalement de ne devoir penser à rien. Ces deux jours ont libéré beaucoup de place dans mon cerveau, et mes romans s’y sont engouffrés. Je comprends maintenant ce mythe autour de la retraite d’écriture : c’est une façon de s’arracher au monde, de passer le balai dans son esprit. C’est dire : pendant deux jours, rien n’importe plus que mes romans. Et l’air de rien, c’est déjà beaucoup.

Et vous ? Avez-vous déjà eu l’occasion de faire des retraites d’écriture ? Est-ce quelque chose qui vous plairait ?

Photo by Lukas Schweizer on Unsplash

6 commentaires sur “Week-end écriture & cocooning à la campagne

  1. Oh la la mais ça a l’air trop génial *-*
    J’ai aussi des amies autrices mais on n’a encore jamais fait de week-end réellement dédié à l’écriture. Pourtant, je pense que ça ferait beaucoup de bien à mes histoires si j’avais l’occasion d’en parler à plus de gens avant de me mettre à écrire, pour tester des idées, etc. J’ai encore pas mal de réticence à le faire, un mélange de pudeur et d’envie de ne pas spoiler, mais bon.
    En tout cas votre week-end avait l’air super 🙂

    1. Ce Week-end était vraiment super en effet, j’espère que tu auras l’occasion de vivre ça parce que c’est extrêmement motivant !
      Je crois que je n’ai plus aucune pudeur concernant mes écrits, sans doute parce que j’ai confiance en ceux que j’ai choisis pour être mes alpha-lecteurs. J’évite de les spoiler au maximum, sauf quand c’est nécessaire (auquel cas, je ne les spoile pas tous, pour pouvoir tester certaines réactions !).
      L’article sur les alpha-lecteurs sort demain, j’espère qu’il te plaira et répondra à tes questions.

  2. Super article ! Quelle bonne idée que ce week-end ! Une initiative comme on aimerait en prendre plus souvent 😀 et puis clairement oui, les CHAMIGNONS, c’est juste PAR-FAIT comme nom pour un lieu de rencontre entre écrivain-e-s xD

  3. Juste à te lire, ça me donne encore plus envie. C’est vrai qu’il y a tellement de stimulis dans la vie de tous les jours qu’il est difficile de caser l’écriture. Il fait parfois s’y astreindre et ce n’est pas évident. J’espère un jour avoir l’occasion de faire une tel retraite.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.