Vis ma vie d'exploratrice – Faire appel à des alpha-lecteurs

Catégories Réflexions sur l'écriture4 Commentaires

Je vous avais promis des articles un peu plus axés sur ma pratique de l’écriture en tant qu’exploratrice (ou jardinière). C’est une approche relativement peu connue par rapport à celle des architectes et je trouve qu’elle mérite qu’on en parle davantage. Je commence donc aujourd’hui avec un article qui m’a été demandé par Astrid de L’Astre et la Plume sur la thématique des alpha-lecteurs.

Des alpha-lecteurs ?

Par opposition aux bêta-lecteurs, qui interviennent une fois le texte achevé, les alpha-lecteurs ont un rôle d’accompagnement à jouer au fil de l’écriture. Je les utilise à chaque étape de mes projets, grâce à des plateformes dédiées à l’écriture (principalement des forums). En tout, je pense en avoir une dizaine, dont certains plus proches et impliqués que d’autres.

Comment cela se passe-t-il concrètement ? Eh bien, dès que je termine un chapitre, je le poste. C’est une manière pour moi de dire : c’est bon, je suis satisfaite de ce chapitre, il est terminé. Cela ne veut absolument pas dire qu’il est immuable. C’est plus un point d’étape, un arrêt, un souffle. D’ailleurs, j’ai déjà réécrit mes trois premiers chapitres en partie grâce aux retours de mes alpha-lecteurs sur des points particuliers, notamment concernant mon personnage masculin, Cadell.

En termes de délais, mes alpha-lecteurs me font souvent un retour dans la soirée ou, au pire, dans la semaine. C’est donc extrêmement rapide et spontané, ce qui me satisfait totalement. Je n’attends pas forcément leur retour pour avancer dans ma rédaction ; de toute façon, je reviens très régulièrement sur ce que j’ai déjà écrit pour me le remémorer.

Une lumière pour éclairer l’incertitude

Quand je parle d’écriture avec mes amies autrices, je compare souvent mon expérience à celle d’une spéléologue. J’avance dans une grotte, avec pour seule lumière celle, fragile et vacillante, d’une lampe de poche. A chaque intersection, je fais des choix à l’instinct, je continue de progresser… et souvent, je me retrouve coincée dans un cul-de-sac, obligée de revenir en arrière pour analyser chaque pas que j’ai fait. En demandant des avis sur chacun de mes chapitres, j’ai l’impression de tester une voie grâce à l’écholocation : j’envoie des sonars, et s’ils me reviennent, c’est qu’ils ont rencontré une paroi. Le chemin ne mène nulle part. Je m’en rends compte avant d’avoir mis de l’énergie à le parcourir.

Les alpha-lecteurs me sont donc très précieux. En me donnant leur ressenti sur les événements, les personnages et le style, ils me confortent dans les chemins empruntés, ou au contraire m’aident à me réorienter. Par contre, ils me donnent rarement des idées d’intrigues – ce n’est pas ce que j’attends d’eux et ce n’est pas le rôle qu’ils se donnent. Ils me pointent surtout ce qui ne fonctionne pas dans mon texte. Et surtout, ils me font part de leur ressenti. Leurs impressions, ce qu’ils perçoivent de mes personnages…

Au-delà de ça, je crois qu’ils sont surtout une source intarissable de motivation pour mes projets. Savoir qu’ils attendent la suite de l’histoire me donne un sentiment de responsabilité qui m’empêche d’abandonner. Je retrouve un peu le sentiment que j’avais à l’époque où je partageais mes fan fictions : un enrichissement mutuel.

Quelques conseils

Alors, comment utiliser les alpha-lecteurs au mieux ? Selon moi, la chose la plus importante à garder en tête est de bien les choisir. A cette étape, le texte est encore en maturation. Il faut donc le soumettre à des regards bienveillants. Je sais qu’en tant qu’autrice, je devrais être capable d’encaisser les critiques mais soyons honnêtes : elles sont encore douloureuses. Je pense qu’elles le seront moins quand mes textes seront achevés. Alors, des avis, oui. Mais doux, même lorsqu’il s’agit de points d’amélioration. C’est pourquoi je n’ai choisi que des amies autrices. Déjà, elles connaissent l’attachement que l’on peut avoir à un projet en cours d’écriture et savent m’exprimer leur enthousiasme tout autant que leurs réserves d’une manière qui ne blesse pas ni ma motivation ni mon ego.

Vu qu’elles sont autrices, elles savent aussi instinctivement quelle place tenir auprès de moi. Elles ne me donnent jamais les idées que leur inspirent mes intrigues car leur but n’est pas de m’influencer dans une direction plutôt qu’une autre. Par contre, je suis attentive à plusieurs choses dans le ressenti qu’elles expriment :

  • Ce que leur inspirent mes personnages. Il est important pour moi qu’ils soient l’alpha et l’omega de mon histoire. Si elles me disent qu’un personnage les intéresse ou les touche moins que les autres, c’est qu’il y a sans doute des choses à réajuster dès maintenant.
  • Les formulations qui fonctionnent moins que d’autres, les coupent dans leur lecture ou qui leur semblent ampoulées. Avoir des retours là-dessus assez tôt dans la phase d’écriture permet d’éviter de reproduire sans arrêt les mêmes erreurs. Par exemple, maintenant, je me flagelle quand il me prend l’envie d’écrire un adverbe en me souvenant qu’on va probablement me dire de l’enlever par la suite (je rigole – à peine).
  • Les incohérences. Foutues saletés.
  • L’équilibre entre mon intrigue principale et mes intrigues secondaires. Par exemple, on m’a remonté un franc enthousiasme pour l’Académie, un endroit où mes personnages vont passer un peu de temps. Vu que je n’avais pas de commentaire sur l’intrigue principale, j’en ai déduit qu’il fallait sans doute que je la booste un peu.

Une fois que j’ai tous leurs commentaires, je me fais un fichier de suivi pour différencier ce qui est traité de ce qui reste à résoudre. Mais ça, c’est un autre sujet que j’aborderai une prochaine fois !

Et vous ? Avez-vous déjà pensé à fonctionner avec des alpha-lecteurs ? Y trouvez-vous des avantages ? Des inconvénients ?

Photo by James Tarbotton on Unsplash

4 commentaires sur “Vis ma vie d'exploratrice – Faire appel à des alpha-lecteurs

  1. C’est assez émouvant de lire ton article. Ce que tu partages sur ton expérience des alpha-lecteurs est le même que le mien. Il est certain que sans mes alpha-lecteurs, je n’aurais pas terminé mon roman. Je me serais dit que ce n’était pas bon, pas intéressant, que ca ne valait pas la peine.

    Je suis heureuse que ces échanges te boostent et t’emporte dans l’écriture.

    Au plaisir <3

  2. C’est hyper intéressant, merci beaucoup d’avoir fait cet article ! <3
    J'ai encore des questions ^^
    – Les chapitres que tu partages, est-ce que tu les a déjà relus et corrigés ou bien est-ce qu'il s'agit d'un premier jet ? Du coup est-ce que tu corriges et retravailles ton histoire au fur et à mesure que tu l'écris ?
    – Si tes alpha-lecteurs remarquent des incohérences, ou si tu te rends compte après avoir posté un chapitre que ton histoire est partie dans la mauvaise direction, est-ce que tu leur envoies une version corrigée ?

    Je note que tu ne demandes pas (voire que tu refuserais) toute suggestion au niveau de l'intrigue. Je comprends très bien la volonté de ne pas être influencée (c'est souvent ce qui me bloque pour partager mes écrits en amont)… et en même temps je me rends compte que j'adore quand mes bêta-lecteurs me font des propositions. Pas forcément sur des points clés de l'intrigue, mais sur le développement d'un personnage ou la façon de structurer une sous-intrigue, par exemple.

    Enfin, j'aime beaucoup le parallèle que tu fais avec les fanfictions. C'est vrai que c'était quelque chose que je trouvais GENIAL d'avoir des commentaires au fur et à mesure de l'écriture (et super motivant, aussi !).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.