Réflexions sur l'écriture,  Vis ma vie d'exploratrice

Construire des tableaux d’inspiration

Comme je vous l’expliquais dans l’article introductif, j’ai dû apprendre au fil des années à cultiver ma méthode d’exploratrice (ou jardinière, pour beaucoup) sans devenir esclave de mes travers : désorganisation, irrégularité… J’ai donc décidé de vous dévoiler les astuces qui me permettent d’encadrer la pousse de la belle plante qu’est mon histoire tout en évitant l’envahissement de mon jardin par les mauvaises herbes. Après un article sur les alpha-lecteurs, je vous fais découvrir aujourd’hui les tableaux d’inspiration !

Des fiches de personnages ?

Brisons tout de suite la glace : je n’en fais pas ! Le concept ne m’intéresse pas. Pourtant, le dieu de l’écriture sait que j’ai fait l’effort d’essayer, notamment suite à un atelier d’écriture avec Samantha Bailly sur la construction des personnages. Je comprends tout l’intérêt de l’exercice, mais ce n’est pas pour moi. Entre nous, je pense que c’est un truc pensée par les architectes pour les architectes.

Je connais mes personnages d’une manière très intime, instinctive (s’il y a des amateurs et amatrices du MBTI dans la salle, ma fonction dominante est Ni, l’intuition introvertie : je ne sais pas toujours pourquoi ma boussole interne m’emmène quelque part mais je lui fais toujours confiance !). Je déteste répertorier les informations les concernant, j’ai toujours l’impression de les figer dans quelque chose de très artificiel. Ne me jugez pas, j’ai été traumatisée par une fiche où on me demandait le parfum de glace préféré de mon personnage. Je n’étais pas prête pour ça.

S’il y a une seule chose dont j’ai besoin pour développer un personnage, c’est son profil MBTI (mais j’en parlerai dans un prochain article, ne soyez pas trop gourmands !). Connaître les fonctions qu’utilise mon personnage me permet de comprendre instinctivement les forces qui l’habitent et l’animent. Mais alors, me direz-vous, comment je fais pour me souvenir d’éléments très tangibles comme la couleur de leurs cheveux ? Allez, c’est facile, c’est le titre de l’article !

Secret des tableaux d’inspiration

Avant tout, il faut choisir le format qui vous convient. Personnellement, j’opte pour des petits carrés parce qu’ils sont à destination d’Instagram, mais il est important de vous faire plaisir. Canva est votre meilleur ami pour cette étape ! La version gratuite propose de nombreuses mises en page toutes prêtes, vous n’avez plus qu’à ajouter les images.

Parlons-en, des images. À mes yeux, il est important qu’un tableau d’inspiration raconte une histoire. L’histoire de votre personnage. Et pour ça, je vous conseille d’utiliser Pinterest : c’est une source intarissable d’inspiration. Ici, je fonctionne avec des sous-tableaux, un par personnage de mon roman. Et j’y ajoute petit à petit les images qui me parlent, en profitant souvent des suggestions de Pinterest qui sont très pertinentes.

  • J’aime bien me représenter mes personnages sous les traits de célébrités, de mannequins, ou même d’illustres inconnu.e.s… Évidemment, ce n’est jamais totalement eux, mais ça permet tout de même d’orienter leur représentation.
  • Ensuite, je cherche des images qui représentent des éléments fondateurs de leur personnalité. Lieux, objets… L’idée, c’est que le tableau d’inspiration vous amène à comprendre rapidement certaines clés de leurs actions. Par exemple, pour Cadell, ci-dessous, j’ai choisi un arbre généalogique pour symboliser son sens du devoir et de l’héritage. Pour Loeiza, j’ai trouvé que la bibliothèque exprimait à merveille sa quête de savoir et sa ténacité.
  • Enfin, j’aime bien ajouter une citation. Je trouve que c’est une manière très efficace d’exprimer le personnage, ses combats, son arc narratif.

Il y a d’autres méthodes, bien sûr. À titre d’exemple, j’aime beaucoup les tableaux d’inspiration de Lys Krysler, qui jouent sur des dominantes de couleurs. Ce qui est génial, c’est que vous pouvez en faire pour à peu près tout : les lieux, les personnages, les peuples…

Pourquoi les utiliser ?

Personnellement, les tableaux d’inspiration m’aident à figer l’image mentale que j’ai de mes personnages, sans recourir à des méthodes trop formalisées. Un peu comme des pense-bêtes ! Quand j’ai un doute sur quelque chose, je me replonge dans mes tableaux Pinterest et je capte très vite l’ambiance que j’avais imaginée.

Et après tout, même si vous faites des fiches, les tableaux d’inspiration peuvent vous aider à communiquer autour de l’univers de votre roman, notamment sur les réseaux sociaux. Ils ont l’avantage d’être très visuels. Pourquoi s’en priver ?

Et vous, avez-vous déjà tenté de faire des tableaux d’inspiration ? Est-ce que cela vous aide dans l’appréhension de votre univers ?

Photo by Andrew Seaman on Unsplash

3 Comments

  • L'Astre

    J’ai fait des tableaux d’inspiration à l’échelle de mon roman mais je n’ai pas pensé à en faire pour mes personnages. Merci pour cette merveilleuse occasion de procrastiner ^^
    Blague à part, je trouve que c’est effectivement toujours intéressant d’associer une « couleur », ou tout au moins une atmosphère, à chaque personnage.

    Concernant ton aversion pour les fiches de personnages, je dois dire que je te comprends de plus en plus. Auparavant, j’étais la reine pour faire des fiches à rallonge en m’interrogeant sur la couleur de leurs yeux, leur style vestimentaire, leur catch phrase préférée et leurs goûts pour le petit-déjeuner. Sauf que… Contrairement, ça ne me servait pas à grand-chose. Et je changeais tout le temps, ou alors je n’avais pas d’idée. Et surtout, ça ne m’apprenait rien d’utile sur les personnages. J’avais zéro réflexion sur leur arc narratif et leurs objectifs.

    Donc j’ai en projet de reprendre mes fiches de personnage pour partir sur quelque chose de beaucoup plus organique :
    – Qu’est-ce que le personnage veut obtenir ?
    – Quelles sont ses faiblesses ?
    – Quel est le rôle de ce personnage / son archétype ? (un sujet sur lequel je n’ai pas encore beaucoup travaillé et qui peut paraître un peu artificiel, mais également utile, je pense)
    – En quoi est-ce qu’il impacte l’histoire ? Qu’est-ce qui se passerait si on le supprimait ?

    Je garde aussi un très bon souvenir du « Guide d’appréhension des personnages à l’usage de ceux qui ne les créent pas », de C. Kean, même si je le trouve finalement un peu trop détaillé.

    Et après, bien sûr, ça peut être utile de se noter s’il a un gros grain de beauté ou une barbe noire ou qu’il met toujours des chaussures jaunes, pour éviter les incohérences dans l’histoire. Mais seulement après.

    • Elodie

      Haha comme je te comprends, j’adore faire des tableaux d’inspiration et je pense que parfois, ça me sert d’excuse pour procrastiner en me disant « non mais c’est quand même utile au final » !

      Je partage ta réflexion sur les fiches de personnages. En fait, je trouve que ces éléments (couleur préférée, couleur des yeux…) apparaissent d’eux-mêmes dans le récit quand on en a vraiment besoin. Du coup maintenant, quand ils apparaissent, j’en prends note pour ne pas les oublier mais ils ne préexistent jamais à ma narration. Je trouve les questions que tu te poses beaucoup plus pertinentes !

      Personnellement j’avoue que j’adore raisonner avec le MBTI maintenant, et surtout avec les fonctions plutôt qu’avec les lettres. Ca m’aide à me mettre dans la peau de personnages qui fonctionnent complètement différemment de moi !

      Merci pour ton commentaire en tout cas !

  • Kerjul fait de la prose

    C’est marrant, je ne fonctionne pas du tout comme ça ! Je pense que ce doit aussi dépendre de si on est quelqu’un de visuel ou pas, qui mémorise avec des images ou non… moi aussi, ça m’est à peu près égal de définir le parfum de glace préféré, mais de la même façon j’aurais du mal à choisir une image d’un acteur connu pour mon personnage… je crois que j’aurais trop tendance à télescoper le caractère de l’acteur avec celui du perso 😬

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :